lundi, mai 23, 2022
AccueilACTUALITESChers amis, très chères amies, je tiens à vous raconter un moment...

Chers amis, très chères amies, je tiens à vous raconter un moment effrayant et un moment merveilleux que je viens de vivre ce samedi 9 juin 2022.

Un moment effrayant

Alors que je faisais courir mon corps pour un sport d’entretien, une scène quelque peu étrange intervient et me stoppe net dans ma course. Je remarque avec surprise et étonnement, deux oiseaux en combat dans l’air qui viennent tomber juste devant moi. Et ces athlètes ce sont deux éperviers d’Europe.
Étrange !
Pourtant, un oiseau rare apercevoir dans les villes. Et je vous assure qu’ils ne jouaient pas du tout au jeu de l’épervier en chasse. Qui, pour ceux ne connaissent pas, c’est un jeu d’enfants. Le principe est que l’enfant qui commence le jeu est au milieu du cercle fait des autres enfants. Et l’enfant doit toucher un de ses camarades. 

Je tente de les séparer

Je tente de les séparer de leur combat ardu, il n’y en a qu’un qui s’envole et va se poser sur un arbre. Alors que l’autre, le plus jeune par sa corpulence qui ne m’a pas donné du mal à le distinguer du vieil oiseau qui l’assommé. Je constate alors que ce n’était pas un combat, plutôt une mise à mort. Le jeune oiseau est resté clouer au sol. Je fais comme un vétérinaire, je lui viens au secours. Je le vois agonisant, le sang tachant son corps de plumes. Je souffle sur son visage décoré de plumes, d’yeux et du bec, mais ma puissance n’est de telle à redonner la vie comme Dieu. Le jeune oiseau les yeux tournent en me disant au revoir ! je suis les gouttes de sang sur ses plumes et je vois un trou que son congénère avait creusé en mangeant ses chairs ! Un oiseau cannibale, un épervier !
J’ai regardé l’oiseau assassin dans l’arbre avec acharnement, on dirait qu’il a senti ma colère. Mes pensées se sont envolées vers lui, l’assassin. Il s’envole et quitte les lieux.
Je ramène donc le corps mort de cet oiseau violenté et lui prive de son repas indigne à cet assassin. En marchant, je me dis : ” Dieu pourquoi un tel oiseau se nourrit-il de l’autre et Toi tu assistes à ça ? Et cet oiseau qui a pris la vie de l’autre, qu’a-t-il d’avantageux de plus que le jeune oiseau qui vient de périr par la poigne de ses serres macabres ? “
Evidemment, rien d’étonnant ! Je n’ai parlé qu’à moi-même ! Que voulez-vous, Dieu est Sourd et Muet. En tout cas, il ne parle pas l’humain ; difficile de se communiquer, si l’on ne sait non plus parler le Divin. J’ai donc déplacé mon corps et celui de l’oiseau mort dans mes mains, nous quittons cet endroit sinistre. Comme je ne fais pas du jogging avec le portable, j’ai donc demandé de l’aide fortuite auprès d’une dame. Elle est habillée de l’âge de sénior, quelques rides sur le visage comme des nervures de la main, elle permet à ma demande de s’accomplir. Elle me fait donc à la va vite quelque prises de photo. Les-voilà ci-dessus, ci-dessous.
On a papoté un peu du cannibalisme de cet épervier qui ne consomme pas ses congénères, mais que la scène est étrange.

L’instinct ou conscience démonique 

Cette expérience extravagante m’a poussé à vous proclamer toujours le venin de l’être humain. Que si un tel oiseau arrive à dévier sa nature malgré son intelligence limitée et cryptée, c’est que l’être humain qui possède la conscience est mille fois plus dangereux à faire attention.

La conscience de l’individu humain est quand il a reçu une éducation du mal ou s’est éconduit comme cet épervier, il ouvre alors un chemin vers une raison qu’il va trouver normal au fil du temps. Nous vous tançons donc à ne pas trouver normal ce qui est mauvais. Comme une fois, je suivais un film, la scène voulait faire mettre dans les consciences, la normalité de consommer de la viande humaine ! Car le script détaillait un avion se cracher dans un endroit glacial, et les survivants devraient manger le corps de ceux qui sont morts. Il ne faut jamais, jamais, jamais accepter de telle sorcellerie qu’importe la situation qu’on subit ! Une telle mise en scène c’est de la sorcellerie en plein jour et avec la force du temps l’individu humain lambada commencerait à le trouver normal. Et il validera le mauvais comme une vérité, alors que c’est l’idiot et le diabolisme qu’il vivrait. 

Un moment merveilleux

Je suis avec la séniore, et une troisième personne entre en scène. C’est une jeune jogger qui, elle aussi faisait courir son ombre. La rareté de l’oiseau, et surtout dans nos mains, l’interpela. Elle s’apitoie comme nous du sort de l’oiseau trépassé. Alors que les gens bien intentionnés mènent des combats pour préserver les espèces menacés de disparition, les animaux eux, s’exterminent eux-mêmes, nous nous sommes dit cela chacun apportant son argument.
Nous faisons les obsèques pour cet oiseau qui a quitté la vie si jeune. La fille, la jogger la balance dans le corps liquide de la rivière qui coule juste à côté du parc. Et chacun repris sa route. Moi je suis le sens contraire de l’écoulement de la rivière pour aller où habite mon corps. Je ne courais plus, mais je marchais, pensant et en même temps pressé d’aller retrouvé mes bijoux de la vie : mes enfants.
Étrange !
Merveilleux…
Le soleil brillait entre deux nuages dodus de pluies. J’entends et je vois à cinq mètre devant moi, un énorme poisson sauter et sortir de l’eau de la rivière. Le saut est spectaculaire ! Le gabarit du poisson est extraordinaire ! Et le voir gigoter sur le sol, c’est incroyablement vrai !
Qui sait ? peut-être qu’au final, je sais inconsciemment parler le Divin ![…]

RELATED ARTICLES

Most Popular

Recent Comments

Darel Atia on Un sorcier en France
Yah Book on Un sorcier en France
Amandine Chyanouche on Un sorcier en France
chrystelle baron on Utilité :
chrystelle baron on Métier :
Yah Book on Mauvais :
Ditunga Otsaro on Ère d’or !
Laci Hargenrader on Mauvais :
chrystelle baron on L’amour et ses variétés…
August on Vivre :
Yah Book on Nourriture :
chrystelle baron on Nourriture :
Pourrass on Intelligence :
pourrass on Le mental :
Pourrass on Un sorcier en France
Randy Ngassaye on Un sorcier en France